Chez nous, on n'a pas trop de soucis sur ce thème car on connait bien les jeux vidéos. On est donc à même de conseiller nos enfants, et de veiller à l'adéquation entre leur âge, leur sensibilité, et les jeux. Mais je vois bien dans mon entourage, et sur le forum de Maximômes, que c'est souvent un problème que de choisir des jeux adaptés. Il faut également gérer les temps de jeu et les risques de dérapage divers... Tout un programme. C'est pour cela que diverses initiatives existent sur internet pour guider les parents.

Ou leur faire peur en stigmatisant les jeux vidéos. En parlant d'addiction, de violence omniprésente.

Je vous propose donc un tour d'horizon de ce thème, avec les nombreux liens que j'ai mis de côté depuis environ un an.

Conseils aux parents

  • Pédagojeux a été créé il y a environ un an, justement. 9 partenaires très diversifiés ont présidé à la création de ce site au ton modéré. Des articles de fond sur les craintes les plus courantes et des conseils généraux. Des explications sur les différents types de jeux. Savoir paramétrer le contrôle parental sur les consoles de jeux. Par contre, le site est assez "statique" : pas d'actualités, pas d'infos sur les derniers jeux sortis... Et il n'est pas interactif non plus : pas de forum de discussion.
  • Le PEGI est un système de pictogrammes élaboré au niveau européen, et utilisé obligatoirement sur toutes les boites de jeux commercialisés. A connaître absolument, voici l'explication des pictos PEGI. C'est vraiment un élément important à consulter sur un jeu. Évidemment, c'est très dichotomique : noir ou blanc. Une insulte à un moment du jeu ? Le picto "langage grossier" est apposé. Les jeux en ligne commencent timidement à l'afficher sur leurs sites (sur Druidik par exemple), mais rien n'est encore obligatoire sur ce domaine...
    Les pictos PEGI d'âge conseillé
    Les autres pictos PEGI
  • C'est sans doute pour compléter Pedagojeux qu'a été lancé aujourd'hui même un nouveau site : Jeux videos info parents, édité par l'association e-enfance avec le soutien du gouvernement (nkm). Contrairement à Pedagojeux, il comporte un forum, et il présente des fiches d'informations sur chaque jeu. Il comporte également une rubrique tout savoir sur les jeux vidéos qui reprend les mêmes thèmes que Pedagojeux... Dommage de se marcher ainsi sur les pieds ! Pourquoi ne pas avoir enrichi Pedagojeux au lieu de créer un autre site ? Probablement parce que c'est e-enfance qui prend en charge les contenus et la modération de ce nouveau site.
    Ce site n'a pas peur de mettre sur les points sur les i concernant les jeux : chaque fiche comporte un rappel des caratéristiques du jeu (signalétique PEGI, durée de jeu, options payantes, possibilités de sauvegarde), mais aussi un avis sur l'adéquation à un jeune public, rédigé par un psy. Ca ne fait pas forcément plaisir à tout le mode que quelqu'un dise "Attention : Pour des enfants trop jeunes, ce jeu peut engendrer un risque d'identification massive à des personnages immoraux, violents et sans limite.". Ok, le terme d'identification est sans doute trop fort et surtout trop "psy", mais le fait est là, ce jeu présente des personnages immoraux et violents, et les parents ont intérêt à le savoir. Même si c'est déjà indiqué sur les pictos PEGI. Les fiches précisent également, de façon plus positive, l'intérêt du jeu (s'il demande de la réflexion, de la concentration, de la persévérance, de la coopération avec d'autres joueurs... ).
  • Un petit dossier de L'internaute sur le thème des jeux vidéos et des enfants, avec des conseils de bon sens.

Les "dangers" des jeux vidéos

  • En février dernier, il était envisagé de faire apposer une mention de danger d'addiction sur les boites de jeux, comme l'indique cet article de clubic. Cet article de fluctuat.net parle d'une clinique américaine anti-addiction qui s'est rendue compte qu'il n'y avait pas de réelle dépendance, mais un malaise social ou familial... En France, Yann Leroux est beaucoup intervenu sur le sujet, avec des explications assez claires pour expliquer que cette addiction au jeu vidéo n'existe pas, comme dans cette excellente interview.
  • Autre thème : le jeu vidéo rend amorphe, comme l'indiquait une campagne de publicité anglaise en mars dernier. Certes, il ne faut pas compter que sur les jeux vidéos type wii sports pour bouger ses enfants. Les jeux vidéos restent cependant un loisir très formateur et interactif par ailleurs, qui apporte bien davantage de choses à un enfant que de regarder la télévision. On en revient donc juste au sujet de la limitation du temps d'écran.
  • On accuse également le jeu vidéo de renfermer l'enfant sur lui-même, seul face à son écran, et de lui faire confondre monde réel et virtuel. Cela me parait assez irréel comme critique, très éloigné de ce que je constate avec mes propres enfants. Globalement, sur tout le sujet de l'enfant face aux jeux vidéos, vous pouvez lire le livre de Serge Tisseron consacré au sujet, "Mais qui a peur des jeux vidéos ?", dont voici une description détaillée par Yann Leroux. "L’éventuelle perte de soi dans les jeu vidéos est traitée frontalement : il s’agit d’un fantasme."
  • Les enfants jouent à des jeux inadaptés à leur âge : ce bel article de Gamongirls faisait suite à un reportage alarmiste de Zone interdite sur les dangers des jeux vidéos. Il rappelle, chiffres de sondages à l'appui, que beaucoup de parents ne s'informent pas assez sur les jeux. "Un sondage Ipsos publié en décembre 2008 démontre que 54% des interrogés ne parlent jamais de jeux vidéo avec leurs enfants et que 31% avouent même ne pas savoir à quoi ils jouent, la vigilance diminuant avec l’âge de l’enfant (jusqu’à 58% pour la tranche d’âge des 15-17 ans). Or, ce sont pourtant les parents qui sont les principaux acheteurs de ces jeux dans 79% des cas.". Conclusion : "Comment protéger nos enfants ? en s’intéressant à ce qu’ils jouent et en s’informant sur les jeux qu’ils souhaitent acheter afin d’éviter la gaffe du jeu non adapté à l’âge des enfants. Faites du jeu vidéo un terrain de dialogue pour mieux les comprendre plutôt qu’un terrain de mésentente creusant l’absence de dialogue." N'oublions pas que le jeu vidéo est déjà ancien : ses premiers fans sont désormais adultes. Les jeux conseillés aux plus de 16 ans, voire 18 ans, sont donc très largement mis en avant par le marché, alors ne vous trompez pas de cible...
  • Les dangers du "cyberbullying" sur les jeux en ligne (et sur internet en général) commencent enfin à être discutés. Avez-vous vu cette affiche-choc d'Action innocence ? en tant que mère, et en tant qu'habituée des communautés d'internet, je vous avoue que ce sujet me semble bien plus préoccupant que celui des "mauvaises rencontres". Les communautés d'internautes, celles des réseaux sociaux mais aussi celles des jeux en ligne, sont souvent bien plus violentes qu'on ne le croit, et ce peut être très insidieux... L'anonymat relatif permet malheureusement aux gens de se lâcher, d'insulter ou simplement d'être cruel et méchant encore plus facilement que dans la vie. Les abus les plus criants seront probablement sanctionnés par les équipes de modération (c'est le cas sur les communautés qui ciblent les enfants, attention aux autres : on en revient au choix d'un jeu adapté à l'âge de l'enfant !). On peut aussi y vivre des moments très valorisants, se faire de vrais amis, sortir de sa timidité, s'affirmer, etc. C'est d'un potentiel fabuleux. Il faut cependant être vigilant et en parler avec son enfant, lui demander comment les autres lui parlent, comment il se sent dans ses communautés... et le prévenir dès qu'il s'inscrit sur sa première communauté, finalement, car ce type de discours est plus efficace avant qu'après... Simplement lui dire qu'il y a des gens, adultes ou enfants, qui aiment se moquer des autres, voire les insulter, comme ça, pour rien, parce que c'est "facile", et qu'il ne faut pas prendre ça personnellement, mais éviter ces personnes-là. Bien sûr, on leur explique par la même occasion qu'ils ne doivent pas, eux-mêmes, avoir ce type de comportement... Je trouve que ce thème devrait être largement plus discuté auprès des parents.
  • Pour terminer, en anglais, un long article de 2003 qui défend les jeux vidéos, avec des avis parfois un peu curieux (c'est l'orientation du site qui veut ça) mais qui reste très intéressant : taking children seriously. J'aime ce type d'explication : "If your children were playing chess for several hours a day, you would boast about what geniuses they are. There is no intrinsic difference between chess and a video game, or indeed, even between things like playing the piano and playing video games, except that playing the piano has this enormous initial cost. They are similar kinds of activity. One of them is culturally sanctioned and the other is still culturally stigmatised"

N'oubliez surtout pas que vous pouvez vous aussi jouer :-) et surtout jouer avec vos enfants. Les jeux familiaux de la Wii et les jeux musicaux vous permettront facilement de jouer ensemble même si vous n'êtes pas fans des jeux vidéos plus classiques. Les frères et soeurs jouent également ensemble... Mes 4 ainés jouent ensemble à Guitar Hero, c'est un régal à voir !

Mots-clés :  ,  ,  ,  ,  ,  

Fuzz it! Fuzz it!